De notre shop


Bienvenue à Narnia
Plus d'information
Lecture pour les petits
Rechercher:
Logo Amazon
Home arrow Shop

Les produits en relation avec Narnia et C.S. Lewis

Les produits Narnia |



Commander

iTunes Music Store (téléchargement)

CD inspiré par Narnia

Edition: EMI recording
Langue: Anglais
Type: Musique
Catégorie: Musique inspirée
Notre appréciation: 8.5 / 10

Description

Il s'agit d'une complilation de 11 artistes pop/rock de la scène chrétienne américaine. Un disque cohérent et d'une sonorité actuelle.
Ces artistes se sont inspirés par les thèmes développés dans "Le lion, la sorcière blanche et l'armoire magique".

Visitez la page spéciale de notre site consacrée à ce CD.

Commentaire

Si vous avez été comme moi un néophyte en narniologie, vous n'aurez aucun mal à comprendre mon désarroi à la première lecture du sous-titre de ce film. Quelques explications plus tard - ce site en est d'ailleurs un excellent réservoir -vous commencez progressivement à faire un peu d'ordre dans cette armoire magique, en rangeant Aslan avec les autres félins royaux, et la sorcière avec les chaussettes blanches, évidemment.

Voici donc une compilation de onze titres inspirés par les Chroniques de Narnia, un éventail musical de onze groupes ou artistes de pop-rock qui expriment leur propre vision de cet univers si fascinant.

Première impression: un album d'une grande cohérence artistique, avec un travail très soigné pour la production de chaque titre, dans une veine pop-rock tellement efficace qu'on pourrait croire qu'il s'agit d'une artère...
De là à parler d'un disque mainstream, il n'y a qu'un pas que je franchirai volontiers... Tiens, voilà qui est fait. Mainstream donc, mais qui reste extrêmement bienvenu, tant la vocation des Chroniques est d'être populaire. Et la dimension grand public de ce disque tient aussi de ce génie tubesque des mélodies entonnées à chaque refrain comme une ultime profession de foi.

jarsofclay.jpgC'est au groupe Jars of Clay qu'est revenu l'honneur d'ouvrir cette compilation. Honneur adroitement sauvé avec un "Waiting for the world to fall" d'une grande beauté, qui donne le ton, mélodique, héroïque et pur, à toute la suite. Un petit morceau de bravoure pop 2005, avec tout ce que cela comporte comme envolées lyriques, car c'est précisément ce que les textes semblent exprimer comme profnd désir: une envolée lyrique ou métaphysique loin de notre petit monde couleur cendre (encore un truc à caser dans l'armoire, avec les chaussettes grises cette fois).

Suivent le sentimental "Remembering you" de Steven Curtis Chapman, ode héroïque aux accents folk presque celtique, et le très engageant "Open up your eyes" de Jeremy Camp, un poil trop convenu pour être totalement convaincant. Si vous voulez mon avis, bien entendu. Même constat pour Bethany Dillon, qui clame la grandeur de son "Hero", qui a accompli l'impossible. Elle pas vraiment. Pas grave, quand on comprend dès les premières secondes que le titre de Delirious vient prendre dignement la relève. "Stronger" s'inscrit dans la parfaite lignée des grands hymnes pop que U2, Coldplay ou Robbie Williams hier, James Blunt, Daniel Powter ou Keane aujourd'hui savent servir aux oreilles gourmandes comme les miennes. Un hymne comme je le disais, à l'optimisme et au triomphe d'un grand, plus grand amour.

rebeccastjames.jpgRebecca St James, elle, vient nos susurrer sa rencontre avec un "Lion", dont le mystère et la force emportent l'enthousiasme de la féerique chanteuse en des embrasements rock mélodique romantique puissant. Contrasté, magnifiquement contrasté. "New World" de Tobymac est une sorte de prophétie musicale à l'apparence d'un générique matrixien, quelque chose comme une vision quadri-dimensionnelle sauce Limp Biskit, pour les plus pinailleurs. Quant au "I will Believe" de Nichole Nordeman, personnellement j'aurais aimé y croire, mais non, la réalité qu'elle essaie de me révéler n'aura pas su me séduire.
On pourrait penser que tout est joué à ce stade de l'écoute, et pourtant, c'est David Crowder & Band qui vient illuminer le monocordisme pop-rock de cette production, avec "Turkish Delight", une vraie friandise disco-funk délicieusement colorée.

Mais voici ensuite Kutless, qui ne tient pas les promesses de son titre: "More than it seems"? No sir, less. Un goût un peu trop prononcé pour les guitares qui s'emballent sur des mélopées épiques. Chris Tomlin lui aussi semble avoir oublié de passer le millénaire, et continue à digérer Bon Jovi à coup de refrains pompeux. Il ferme cette compilation avec "You're the one", faux tube rebelle qui personnellement m'a réjoui à l'idée de me retrouver à nouveau au début du disque, là où Jars of Clay avait su me (com)prendre.

Bilan: un album contrasté mais relativement cohérent, avec cette tonalité héroïque et grandiloquente - ne suis-je pas bientôt à court de ce genre de mots? - que la pop US a emprunté au rock des 90's. De quoi faire de vous un vaillant chevalier au volant de votre autoradio, les soirs de novembre entre le travail et la maison.

Raphaël Noir

Visitez le site internet de Raphaël Noir.
Design by JamboWorks © 2005 - 2006 All Rights Reserved
Le site de Narnia est mis à jour par des fans et n'est pas affilié avec Walt Disney ou Walden Media.


Un projet