De notre shop


Tome 5: Le passeur d'Aurore
Plus d'information
Les tomes de la série
Rechercher:
Logo Amazon
Home arrow Shop

Les produits en relation avec Narnia et C.S. Lewis

Les produits Narnia |



Commander

La trilogie cosmique

Auteur: C.S. Lewis
ISBN: 2825109983
Information: 615 pages. 26.6€
Edition: Broadman & Holman
Langue: Français
Type: Livre - Divers
Catégorie: Fiction

Description

Bienvenue réimpression en un seul volume. Trilogie désormais classique dans le domaine de la science-fiction. Ecrite par un scholar d'Oxford (1898-1969), elle transpose avec beaucoup de talent d'évocation et une indéniable volonté d'invocation notre monde et les autres planètes dans une vaste allégorie théologique, où les extraterrestres ressemblent étrangement aux anges de la révélation chrétienne. Oeuvre de poète aux fastueuses et sublimes visions, le premier roman intègre complètement le genre, quant au deuxième, c'est plutôt un très beau récit mythologique pour aboutir, avec le troisième, à un excellent roman d'aventures métaphysiques. Tout l'ensemble forme une vaste fresque où, sur Mars, Vénus et la Terre, se joue le drame du Bien et du Mal. Oeuvre de premier plan, même si elle est composite quant à sa forme. C'est une réponse chrétienne aux oeuvres de Stapledon, insufflant une théologie morale que seul le cadre vaste de la science-fiction pouvait permettre, à travers la cosmologie plutôt matérialiste de ce dernier.

Commentaire

1er livre: Au-delà de la Planète silencieuse

Histoire

Le professeur Ransom, cinquantenaire sans famille, fait une mauvaise rencontre au cours d'une randonnée dans la campagne et est enlevé dans le vaisseau spatial d'un savant mégalomane vers Malacandra, une curieuse planète où il fait la connaissance des sympathiques hrossa entre autres créatures, avant de comparaître devant l'indéfinissable Oyarsa qui lui apprend l'histoire de la rébellion de Thulcandra, la planète silencieuse.

Commentaire

Ce premier roman de Lewis est dans le meilleur style de la science-fiction à la H. G. Wells : un voyageur égaré dans un environnement complètement étranger raconte ses aventures. C'est très bien écrit, ce qui est assez rare pour le genre, et cela a un côté vieillot plutôt plaisant, avec des descriptions de paysages extraterrestres relevant d'une imagination très riche et originale. Lewis avoue dans son prologue avoir sciemment quoique révérencieusement subverti Wells, dont les thèmes habituels sont renversés : l'espace n'est pas vide mais infiniment plus riche que la terre ; les extraterrestres ne sont pas de terribles créatures destructrices mais sont amicaux et sans histoire, alors que c'est l'homme qui sème la mort autour de lui. Le roman met en place une cosmogonie originale, où les puissances célestes de la mythologie classique sont intégrées de façon très convaincante dans une vision discrètement chrétienne de l'univers ; en filigrane on distingue un formidable tableau de la chute et de la rédemption de l'humanité.

2ème livre: Perelandra

Histoire

Le professeur Ransom, héros de Au-delà de la Planète silencieuse de retour sur terre, est sollicité par l'Oyarsa rencontré sur Malacandra, pour se rendre sur Perelandra, où il se prépare des choses sinistres. Le professeur Weston, en effet, maintenant complètement contrôlé par « le Tordu » qui gouverne Thulcandra, se prépare à s'y rendre pour faire tomber Perelandra dans la vaine rébellion de son maître contre Maleldil, le Créateur. Les deux hommes s'affrontent donc, dans un cadre édénique, autour d'une désarmante nouvelle Ève perelandrienne, avec pour enjeu la chute ou le salut de ce monde.

Lewis, encouragé par le succès de son premier roman, se lance dans un livre beaucoup plus religieux : les descriptions très réussies de Perelandra sont accessoires devant la fort convaincante mise en scène d'une tentation du jardin d'Éden légèrement modifiée dans ses détails, ne serait-ce que par la présence d'un avocat de Dieu, lui-même pourtant créature déchue, dont nous suivons les affres alors qu'il ne se sent pas de taille à affronter les arguments diaboliquement malins (c'est le cas de le dire) de Weston. La discussion est menée en des termes extrêmement simples, les deux parties devant s'adapter à l'innocente ignorance de la Dame qu'ils cherchent à convaincre : ce qui aurait pu devenir un débat incompréhensible et ennuyeux garde ainsi toute sa fraîcheur et son intérêt. La « conclusion » du débat est assez décalée et pas vraiment satisfaisante, mais la fin est très intéressante, avec de superbes passages qui nous donnent un bel aperçu poétique de la profonde pensée religieuse, et en particulier christologique, de Lewis.

3ème livre: Cette hideuse Puissance

Histoire

Mark Studdock est un jeune professeur de sociologie à Bracton College, dans la petite université d'Edgestow. Son ambition, plus que ses vagues convictions, le pousse à faire partie de l'« élément progressiste » de ce collège. Il se voit bientôt offrir un poste au N.I.C.E., puissante organisation scientifique d'État dont le but apparent est de régler et rationnaliser la société, et malgré les nombreuses anomalies qu'il y remarque, n'a pas la force de le refuser.

Pendant ce temps, sa femme Jane, avec qui il s'entend de moins en moins bien, a de façon récurrente des rêves étranges, qui semblent être une manifestation de voyance. Elle entre en contact avec les habitants d'un manoir peu ordinaire, dirigé par un fascinant « directeur » et dont le but est précisément de combattre le N.I.C.E., qui petit à petit prend le contrôle du territoire autour d'Edgestow.

Mais les événements se précipitent : d'intrigue universitaire puis de complot politique, on passe progressivement à un déferlement de puissances surnaturelles, alors que Mark, découvrant enfin ce qui se cache derrière le N.I.C.E, cherche à échapper à la manipulation qui lui est imposée et que Jane continue d'aider le manoir dans sa lutte pour la survie de l'humanité.

Présentation

Bien que traditionnellement rattaché à la « trilogie cosmique », ce roman se déroule entièrement sur terre, et commence d'ailleurs dans un cadre tout à fait banal de discussions d'antichambre et de luttes d'influence dérisoires. Le passage progressif à l'invasion par un organisme tout-puissant et tentaculaire puis à un combat aux dimensions presque cosmiques est très bien fait, quoique potentiellement perturbant pour un lecteur qui n'aurait pas remarqué le sous-titre : « conte moderne pour adultes ».

Le roman constitue une sorte d'illustration des dangers du mythe scientiste du pouvoir de l'homme sur la Nature, déjà étudié par Lewis dans les trois essais de l'Abolition de l'homme. L'atmosphère incroyablement malsaine du N.I.C.E. est excellemment construite, et les conséquences logiques de la tentative de mise en œuvre d'un pouvoir « scientifique » sont très bien pensées : c'est très naturellement que l'on passe de discussions consensuelles sur la supériorité absolue de la science à l'horreur du totalitarisme.

Cette volonté évidemment démonstrative donne un côté artificiel à la narration, qui reste vive et intéressante, mais parfois un peu naïve. La grande finesse d'analyse psychologique des personnages (en particulier une excellente compréhension de la différence des sexes et des difficultés du mariage, étonnante chez un auteur célibataire) compense heureusement la légère incohérence d'une narration omnisciente bien que partiellement à la première personne.

Il est assez amusant de voir Lewis utiliser l'univers fantastique de J.R.R. Tolkien dans l'état où il était dans les annés 1940 — bien avant la publication du Seigneur des anneaux, et utiliser largement Charles Williams, tant dans la structure du roman (apparition du surnaturel dans un cadre banal) que dans les thèmes (le cycle arthurien), et jusque dans le personnage de Ransom, dont la personnalité change nettement par rapport aux deux romans précédents.

C'est donc sans doute le moins bon roman de Lewis — par de nombreux aspects il ressemble même à une œuvre de jeunesse, malgré les 45 ans bien sonnés de l'auteur —, mais il reste très agréable à lire malgré une fin très sanglante et quelque peu tirée par les cheveux.

Source: Portail francophone de C.S. Lewis

Design by JamboWorks © 2005 - 2006 All Rights Reserved
Le site de Narnia est mis à jour par des fans et n'est pas affilié avec Walt Disney ou Walden Media.


Un projet